ACTUS Festivals Nouveautés

Montréal, Mondial, Merveilles…

Ici, pas de place à la concurrence malsaine. Ton voisin est ton copain, collègue, collaborateur et partenaire. Pour se le prouver, direction le Mondial de la Bière, dans la désormais inexploitée Gare Windsor

par Antoine Leclercq, notre correspondant à Montréal

Cette ville, ce pays, cette province sont magiques. Amoureux du beau et bon, attaché aux liens humains, j’ai eu un vrai coup de cœur pour la culture québécoise. Le regard des habitants, l’entraide, la beauté architecturale, l’odeur de poutine qui rayonne 24h/24… et une éthique ancrée dans les moeurs de chaque habitant.Bref, Montréal, une vraie bouffée d’oxygène.

Ce qui est décadent, ici, c’est l’expansion des microbrasseries depuis plus d’une décennie. Le nombre de microbrasserie a connu un véritable boom de plus de 400% en plus de 10 ans. Si cette poussée peut nous interroger sur la qualité et la diversité des bières québécoises, allez donc faire le tour des artisans, des bars, aussi spécialisés qu’accueillants…

Ici, pas de place à la concurrence malsaine. Ton voisin est ton copain, collègue, collaborateur et partenaire. Pour se le prouver, direction le Mondial de la Bière, dans la désormais inexploitée Gare Windsor.

Près de 70 brasseries réunies dans ce lieu historique national. Pour les entourer, des stands de Kombucha (très en vogue, ici), de distillerie ou encore de cidre sont également sur place. Sans oublier les nombreux stands de « street food », allant de la poutine à la Bière du Saint Bock, brasserie artisanale, au beignet à la bière en passant par les sandwichs de saucisses allemandes ou les brochettes d’Halloumi grillé. Impossible de tomber en fringale!

Côté bières, si la tendance 2018 des NEIPA tend à s’essouffler (à noter l’explosive « Ptite Floride » d’O Quai des brasseurs, un vrai jus tropical bien exécuté), ce cru 2019 nous montre à quel point les brasseurs ont du caractère et exploitent leur talent et leur imagination au service des consommateurs.

De l’acide, du funky, du sauvage, du « mazout », mais aussi du houblon.

Parmi mes coups de cœurs, comment ne pas citer la « Lichtenhainer » de la Brasserie Harricana, située dans le Quartier Jean Talon à Montréal. Une bière pâle et sure brassée avec du malt fumé. Légère, elle dévoile un équilibre parfait entre l’acidité et le fumage. En bouche,  l’orge se mélange à l’acide lactique acidulé dans un corps légèrement fumé. On s’imagine avec une salade de bacon et de pomme.

D’autres pépites sont également à signaler dans cette brasserie où règne une atmosphère joviale et fraîche, comme la « Gator’ale », une Berliner Weisse bien saline à l’orange sanguine, ou encore la « Richer Malté », en référence à son Maître Brasseur, Francis Richer, une Quadruple riche, fumée, barriquée et acidulée.

Francis Richer ne fait pas seulement des bières de grande qualité. C’est avant tout un homme agréable, jovial, dynamique et avec les idées claires. Chez lui, « la mode n’a pas sa place ». Avec sa franchise et son côté décalé, il me raconte ses créations éphémères, complètement décalées, réalisées à chaque fin d’année : « C’est complètement à contre courant, et ça plait ! Les clients me demandent d’en refaire ».

Parmi mes autres coups de cœurs, la Saison Barriquée de l’Isle de Garde, chère à Olivier Dupras, pour sa complexité maîtrisée d’une Saison qui sent bon le grain, vieillie en barriques de Chardonnay américain avec levures sauvages, qui lui confère une saveur fruitée (raisin, coco) et un côté boisé délicat.

Chez Isle de Garde, on aime se faire plaisir. Dans le très joli Quartier Beaubien, l’ambiance est particulière. Ici règne une atmosphère paisible, entre les délicieuses assiettes confectionnées par le chef Marco et les breuvages d’Olivier Dupras. Côté brasserie, le chef s’amuse, teste, crée, mais ne flanche jamais. Dans un style franconien, la fermentation basse est remise au goût du jour. Isle de Garde et Harricana sont sans aucun doute deux  des brasseries à suivre dans les mois à venir…

Côté liquoreux et malté, la « Péché Mortel Bourbon » de la très réputée Brasserie Dieu du Ciel ! m’a cloué le bec par sa richesse, boisée et amère en finale pour réconcilier l’ensemble. Ajoutez à cela un Halloumi grillé, c’est un voyage en forêt gaspésienne qui s’offre à vous !

La Brasserie 11 Comtés a également su tirer son épingle du jeu avec des délices comme la « Saison Argousier ».

Pour résumer, le Mondial de la Bière 2019 de Montréal fut particulièrement riche en rencontres, en qualité et diversité de bières. Chaque brasserie  affiche résolument et  clairement son caractère, sans céder aux « tendances » actuelles. Un point à souligner.

 

Crédit photo: Olivier Bourget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :